Share this...
Facebook
Twitter

Avec cette publication, nous entamons un cycle de matériel explicatif sur le thème du Holodomor. Tout d’abord, essayons de comprendre ce qu’est l’Holodomor, qui a précédé le génocide des Ukrainiens et constitue l’un des plus grands crimes contre l’humanité de l’histoire mondiale. Nous expliquerons également comment les données liées à l’Holodomor sont encore et toujours cachées, et nous dévoilerons qui est la partie intéressée dans cette affaire.

E n 1921, l’Administration américaine d’aide (APA) se met d’accord avec l’Union Soviètique sur les conditions des activités futures sur le territoire de l’État. Maksym Lytvynov, diplomate soviétique de l’époque et plus tard commissaire du peuple aux affaires étrangères, a répondu au représentant américain en disant : “La nourriture est une arme”. Les années 1932-1933 sur le territoire de l’actuelle Ukraine ont montré à quel point une telle arme peut être puissante si elle tombe entre les mains d’une dictature totalitaire. Des millions de personnes sont mortes à cause de la politique délibérée du gouvernement soviétique. L’Holodomor a été reconnu comme un génocide par 17 pays. Aujourd’hui, il est considéré comme l’un des plus grands crimes contre l’humanité.

Un ancien village, l'ancienne ville centenaire de Voronkiv dans le district de Boryspil de la région de Kyiv. Une mariée avec ses demoiselles d'honneur et ses garçons d'honneur en costumes de mariage nationaux des années 1920. Centre national de la culture populaire "Musée Ivan Honchar".

– Il s’agit d’un exemple classique du génocide soviétique, la plus longue et la plus vaste expérience de russification, à savoir: l’extermination de la nation ukrainienne.

C’est ainsi que Rafał Lemkin, avocat polonais d’origine juive qui a introduit le concept de génocide dans le contexte mondial, a décrit l’Holodomor dans son article. L’Holodomor est le nom propre du génocide des Ukrainiens. Il s’agit d’une forme de massacre délibéré des Ukrainiens en 1932-1933. Il a été perpétré au moyen de programmes exorbitants d’achat de céréales par l’État et de la confiscation forcée de terres, de biens et de denrées alimentaires, entraînant la mort de millions d’Ukrainiens. L’objectif de Staline était de soumettre les Ukrainiens qui résistaient à la collectivisation et se rebellaient contre le régime soviétique.

Rafal Lemkin
Il est l'auteur du terme génocide et la personne qui a créé le cadre juridique pour la reconnaissance des crimes tels que le génocide. Il s'agit tout d'abord de la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide. L'Assemblée générale des Nations Unies l'a adoptée le 9 décembre 1948. C'est ce document qui, pour la première fois dans l'histoire du monde, a défini le génocide comme tout acte commis dans l'intention de détruire en tout ou en partie un groupe national, ethnique, racial ou religieux comme tel.

Pendant longtemps, le crime soviétique consistant à exterminer des millions de personnes et à détruire leur conscience nationale et collective qui est resté méconnu, même là où les événements ont eu lieu. La censure totale, la falsification des documents statistiques, l’intimidation et la peur des représailles ont transformé les voix humaines vivantes en ombres silencieuses. Face au choix entre mourir, mettre en danger leur famille ou rester silencieux, les témoins de ces événements ont le plus souvent opté pour le silence. Aucun document ne pouvait confirmer leur capacité à survivre dans les limites de leurs capacités physiques et émotionnelles, ainsi qu’à donner naissance à de nouvelles générations. La mémoire humaine leur a servi d’archive.

Aujourd’hui, près d’un siècle après l’Holodomor, toutes ces voix ont enfin la possibilité d’être entendues. Les nouvelles générations peuvent découvrir la vérité et tirer les leçons qui ont coûté la vie à des millions de personnes.

Avant le Holodomor

En 1918, la Première Guerre mondiale prend fin. La lutte de libération nationale ukrainienne s’est achevée par l’occupation de l’Ukraine par les bolcheviks. Le 30 décembre 1922, l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) est devenu un État qui réunit une centaine de peuples et de cultures par le biais d’invasions militaires et de révolutions.

— Le massacre de peuples et de nations qui a caractérisé l’avancée de l’Union soviétique en Europe n’est pas un élément nouveau de sa politique d’expansion. Il ne s’agit pas non plus d’un outil innovant créé simplement pour homogénéiser les différences entre les Polonais, les Hongrois, les Baltes et les Roumains qui maintenant restent en marge de l’empire soviétique. Il s’agit plutôt d’une caractéristique à long terme de la politique intérieure du Kremlin, dont les dirigeants soviétiques y trouvaient suffisamment d’antécédents dans les actions de la Russie tsariste. Il s’agit, en effet, d’une étape nécessaire dans le processus d’”unification” qui, comme l’espèraient ardemment les dirigeants soviétiques, créera un “homme soviétique”, une “nation soviétique”. Pour atteindre l’objectif de cette nation unie, les dirigeants du Kremlin détruiront volontairement les nations et les cultures qui ont longtemps prospéré en Europe de l’Est” – Rafal Lemkin.

Le chef du nouvel État soviétique, Vladimir Lénine, bien qu’il brandisse des bannières et parle du pouvoir des idées, comprend très bien que l’armée, dans la dévastation de l’après-guerre, a besoin du pain. Dans l’esprit de Lénine, l’Ukraine, avec sa terre noire et son système agricole développé, devenait une ressource susceptible de nourrir l’empire. C’est ainsi que, parallèlement aux merveilles d’un communisme illusoire, une pénurie alimentaire permanente s’est installée dans les années 1920. Alors que le monde reconstruit progressivement ses villes en ruines, la République socialiste soviétique d’Ukraine, en tant que partie de l’URSS, devient l’otage de l’échec avéré du projet de construction d’un empire mondial.

Entre 1921 et 1923, la dévastation militaire, la pénurie de personnes aptes, la sécheresse et les politiques soviétiques inadéquates en matière d’approvisionnement en céréales ont conduit à la famine en Ukraine. C’est du sud de l’Ukraine, la région qui a le plus souffert de la sécheresse, que des tonnes de céréales sont exportées pour être vendues et acheminées vers la région russe de la Volga, qui a également souffert de la famine. En même temps, la RSS d’Ukraine, qui avait le statut de colonie impériale, ne recevait ni argent ni nourriture.

Plusieurs millions de personnes mortes de faim en 1921-1923 n’ont pas empêché les autorités soviétiques de poursuivre leurs expérimentations économiques sur la voie du grand communisme. Cependant, même les ambitions perverses des autorités communistes n’ont eu aucune incidence sur les règles du jeu : la population a besoin de pain, l’État a besoin d’une armée et d’un système. C’est pourquoi, en 1921, une nouvelle politique économique a été mise en place. Cette dernière remplace les prodromes du “communisme de guerre” par une taxe sur les denrées alimentaires. La Prodrozdravka était réduite à la confiscation des céréales à des prix fixes, pour un montant déterminé par l’État. En revanche, la taxe sur les denrées alimentaires prévoyait un transfert à l’État de 20 % des résultats du travail des paysans. À terme, cette part devrait être ramenée à 10 % en termes monétaires…

Cette initiative des autorités soviétiques a porté ses fruits : l’État a réussi à se stabiliser après la Première Guerre mondiale. La population appauvrie, qui vivait dans des files d’attente constantes, manquant de nourriture et de produits manufacturés de qualité, continua néanmoins de travailler pour le bien du système. Cependant, parallèlement à l’appauvrissement, le mécontentement n’a cessé de croître dans le nouvel empire.

Des paysans remettent des céréales à l'État dans le village d'Illintsi, dans le district de Vinnytsia. 1929 - Archives centrales d'État du film et de la photo d'Ukraine portant le nom de H.S. Pshenychnyi.

Share this...
Facebook
Twitter

Remise collective de céréales par des sociétés de consommateurs à Nemyriv, district de Vinnytsia. 1929 - Archives centrales d'État du film et de la photo d'Ukraine portant le nom de H.S. Pshenychnyi.

Share this...
Facebook
Twitter

Remise du pain à l'État par les paysans du district de Baryshiv, dans la région de Kiev. District de Baryshivskyi, 1930 - Archives centrales d'État du film et de la photo d'Ukraine portant le nom de H.S. Pshenychnyi.

Share this...
Facebook
Twitter

Holodomor

La collectivisation forcée a commencé en 1929. En avril 1930, une loi sur l’approvisionnement en céréales a été adoptée, prévoyant le transfert à l’État d’un quart, voire un tiers de toutes les céréales récoltées. Au même moment, les prix des céréales dans le monde entier chutent considérablement en raison de la Grande Dépression. L’URSS a donc dû augmenter considérablement le volume de ses ventes sur la scène internationale, afin de maintenir son flux monétaire. En parallèle, l’Union devait maintenir l’image d’un nouvel État prospère et déterminé qui regardait de haut le monde capitaliste en décomposition, dans l’attente d’une révolution mondiale. Pour maintenir l’image de l’URSS, il fallait des moyens financiers, et ces derniers nécessitaient une augmentation des ventes de céréales. De plus en plus de nourriture était extorquée à la population sans rien lui offrir en retour. C’est pourquoi, au début des années 1930, plus de quatre mille paysans ont protesté contre cette initiative étatique. Un paysan ordinaire était bien conscient que s’il pouvait nourrir sa famille par son propre travail, alors que l’État lui-même n’était pas en mesure de le faire, il ne voulait pas d’un tel État. Pour lui, le simple fait d’abandonner sa ferme et les fruits de son travail aux fermes collectives de l’État était carrément une manifestation de folie.

La plupart des Ukrainiens vivaient dans des zones rurales. En fait, la question de l’approvisionnement en céréales dans la RSS d’Ukraine et le Kouban est passée d’une question purement économique à une question de politique intérieure. Il s’agissait de briser non seulement la pratique de la propriété privée du paysan ordinaire, mais surtout celle du paysan ukrainien, détruisant ainsi toute identité nationale. C’est pourquoi, au tout début, les mesures du gouvernement soviétique ont été très différentes pour la RSS d’Ukraine que le reste de l’Union soviétique.

Après les premières vagues de collectivisation forcée et violente, les paysans ont quitté en masse les fermes collectives : ils ont emporté leur équipement, leur bétail et leurs céréales. Des soulèvements locaux et des actes de sabotage se sont répandus dans toute l’Ukraine.

Les rapports spéciaux du GPU nous renseignent sur l’ampleur de l’insurrection en Ukraine :
“1. l’existence d’un vaste réseau clandestin d’insurgés polonais et petliouras qui, selon des données incomplètes, couvre 67 communes de l’Ukraine. La dégradation des fermes collectives, des MTS, des MTM par Petliura, les koulaks, les gardes blancs et des acteurs antisoviétiques qui dégradent activement les fermes collectives, décomposent, gaspillent et détruisent délibérément le pain, les outils de travail et le bétail. L’activité de la partie nationale-chauvine de l’intelligentsia ukrainienne qui, dans certains cas, a formalisé et dirigé, sur le plan idéologique et organisationnel, les organisations insurrectionnelles contre-révolutionnaires identifiées. […] 4. Le travail de corruption des traîtres avec un ticket de parti, qui non seulement sabotent et effectuent un travail subversif pour perturber l’approvisionnement en céréales, mais aussi, comme cela a été établi dans de nombreux cas d’insurrection révélés, sont des organisateurs et des dirigeants de groupes contre-révolutionnaires. Au cours des 20 jours de décembre, 12 178 personnes ont été arrêtées” – note de V. Balytskyi, nommé le 25 novembre 1932 représentant plénipotentiaire de l’ODPU de l’URSS en RSS d’Ukraine, adressée à J. Staline le 28 décembre 1932.

Rassemblement près de l'entrepôt de céréales après la livraison du pain, village d'Uli, région de Kharkiv, 1932 - Archives centrales d'État du film et de la photo d'Ukraine portant le nom de H.S. Pshenychnyi.

Le 7 août 1932, une résolution a été publiée : “Sur la protection de la propriété des entreprises d’État, des fermes collectives et des coopératives et sur le renforcement de la propriété publique (socialiste)”. Ce document est mieux connu sous le nom de “loi des cinq épis”. Le vol de biens agricoles collectifs était passible de la peine de mort et, en cas de “circonstances atténuantes”, d’une peine d’emprisonnement d’au moins 10 ans. En vertu de la “loi des cinq épis”, il était interdit de ramasser les résidus de récolte dans les champs. À l’époque, des troupes allaient de maison en maison dans les villages, enlevant toutes les céréales aux habitants.

Dès 1932, un plan d’approvisionnement en céréales irréaliste de 356 millions de pouds de pain est établi pour l’Ukraine. Les plus proches collaborateurs de Staline, Kaganovitch et Molotov, sont arrivés à Kharkiv pour approuver le plan d’approvisionnement. Tous deux, contrairement à une grande partie du système du parti soviétique, sont parfaitement conscients de l’intention de Staline de briser la résistance à tout prix, en particulier en Ukraine. Le 6 juillet 1932, lors d’une conférence du PC(B)U, Kaganovitch et Molotov accusent les dirigeants du PC(B)U de l’échec de la collectivisation et s’opposent à la proposition des communistes ukrainiens de réduire les taux d’approvisionnement en céréales en Ukraine. Cette déclaration réduit à néant toutes les tentatives des chefs de fermes collectives et des comités exécutifs communaux de faire valoir que le plan était tout simplement matériellement impossible à mettre en œuvre. La réponse de Kaganovitch a été claire et sans concession: le système ne s’arrêtera pas. Il a l’intention de tout prendre.

Un poud
Un poud représente un peu plus de 16 kilogrammes.

Le 22 octobre 1932, le Politburo du Comité central du PCUS (b), à l’initiative de Staline, décide de créer des commissions d’urgence en Ukraine et dans le Caucase du Nord pour augmenter les ventes de céréales. Il s’agissait de former et de coordonner les activités des mêmes unités qui effectuaient des perquisitions de maison en maison et prenaient même des aliments prêts à consommer sur les tables. En Ukraine, la commission est dirigée par Molotov. Kaganovitch s’occupe du Caucase du Nord. À l’époque, il est à la tête du département de l’agriculture du Comité central du PCUS (b). C’est-à-dire qu’il est responsable de la politique agricole en URSS. Et c’est lui qui est devenu l’un des responsables de la mort de millions de personnes.

Des documents et des résolutions du gouvernement soviétique, qui, petit à petit, ont tout enlevé aux villages, apparaissent presque tous les jours. Chaque nouvelle signature enlevait un peu plus aux propriétaires privés, autrefois riches et confiants. Chaque nouvelle lettre de la résolution était un pas de plus vers un régime d’esclavagisme silencieux du système soviétique.

La résolution du Bureau politique du Comité central du PC(B)U “sur les mesures visant à renforcer l’approvisionnement en céréales” du 18 novembre 1932 prévoyait la mise en œuvre d’un plan d’approvisionnement en céréales pour le 1er janvier 1933. La distribution d’avances en nature dans toutes les fermes collectives a été complètement annulée et la remise de toutes les céréales distribuées aux fermes collectives pour la restauration des fermiers collectifs a été exigée. Les exploitations qui ne respectaient pas les plans d’approvisionnement en céréales étaient sanctionnées par des amendes en nature. Le décret a introduit des amendes en nature sous la forme d’un plan supplémentaire d’approvisionnement en viande et en pommes de terre d’une durée d’un an et demi. Il était permis d’imposer des amendes à plusieurs reprises. En réalité, ils ont confisqué tout ce qu’ils trouvaient de comestible. Parallèlement, les unités spéciales ont poursuivi la politique de “chasse aux sorcières” et ont systématiquement détruit toute source de dissidence, même potentielle. Elles ont notamment procédé à des arrestations et à des exils dans des régions reculées de l’URSS. Ainsi, presque partout en Ukraine, les autorités punitives ont confisqué toute nourriture.

Le 1er décembre 1932, le Conseil des commissaires du peuple de la RSS d’Ukraine a interdit le commerce des pommes de terre dans les communes qui ne remplissaient pas leurs obligations de contracter et de vérifier les stocks de pommes de terre disponibles dans les fermes collectives. Cette liste comprenait 12 communes des régions de Tchernihiv, 4 de Kiev et 4 de Kharkiv. Le 3 décembre, la vente de viande et d’animaux a été interdite dans certaines communes. Le 6 décembre, ces communes, ainsi que certains villages, ont été inscrits sur la liste noire. Les villages inscrits sur ces listes étaient voués à la mort. Il était interdit de leur fournir de la nourriture et de les quitter. Les villages étant entourés de troupes, il était impossible de s’échapper. Les gens étaient simplement enfermés chez eux et voyaient des familles entières mourir.

Photo: Oleh Pereverzev

— L’Holodomor a été une extermination de la civilisation ukrainienne. Joseph Staline avait un objectif : détruire les Ukrainiens en tant que phénomène de civilisation, afin que le peuple ukrainien ne puisse plus jamais revendiquer son rôle indépendant dans l’histoire” – Vitalii Portnikov.

Le 16 janvier 1933, le Politburo du Comité central du Parti communiste bolchevique de toute l’Union approuve le plan final d’approvisionnement en céréales de l’Ukraine, soit 260 millions de livres. Ce plan était soumis à une “mise en œuvre inconditionnelle et complète à n’importe quel prix”. En résumé, la direction soviétique a confirmé de manière normative qu’elle était prête à observer la mort lente et douloureuse et l’effondrement moral de millions de personnes au nom d’un “avenir communiste radieux” pour les masses grises et anonymes.

Le 22 janvier 1933, le Comité central du PCUS et le Commissariat du peuple de l’URSS publient une directive intitulée “Prévention des départs massifs de paysans affamés en quête de nourriture” : il est interdit de voyager en dehors du territoire de l’Ukraine soviétique et du Kouban. La période de janvier à juillet 1933 est la plus lourde en termes de nombre de victimes, avec un pic en juin 1933. Au total, des millions d’Ukrainiens sont morts pendant l’Holodomor.

Paysans du village d'Illintsi, district de Vinnytsia, dans une unité de stockage de céréales lors de la livraison de pain à l'État. Village d'Illintsi, 1929 - Archives centrales d'État du film et de la photo d'Ukraine portant le nom de H.S. Pshenychnyi.

Jeux de statistiques

“La vie est devenue meilleure, La vie est devenue plus gaie”, a déclaré le camarade Staline lors du premier congrès des stakhanovistes en décembre 1935. La vie est en effet devenue “plus gaie”. En 1934, le NKVD prend le contrôle des bureaux des registres d’état civil. Trop de gens meurent, trop peu naissent, on accuse les autorités soviétiques, qui se rebellent sans cesse – l’excuse est rapidement inventée et exprimée dans l’une des résolutions du Conseil des commissaires du peuple de l’URSS et du Comité central du PCUS (b) :

“Les autorités d’enregistrement ont souvent été utilisées par des ennemis de classe (prêtres, koulaks, anciens blancs) qui se sont infiltrés dans ces organisations et y ont effectué un travail contre-révolutionnaire et pestilentiel : enregistrer plusieurs fois les décès des mêmes personnes, sous-compter les naissances, etc.”

Cette décision avait une autre raison d’être. En 1934, Staline souligne que la population de l’URSS ne cesse de croître. Les statistiques du dernier recensement de 1926 auraient dû montrer une belle image: la croissance de l’empire, le bien-être et le désir de sa population de donner naissance à de nouveaux camarades. Au lieu de cela, les vraies statistiques ont montré des brèches sous la forme de millions de morts en 1932-1933.

Les préparatifs du recensement de 1937 ont été particulièrement solennels. Le camarade Staline a même édité lui-même le questionnaire, supprimant les questions sur le lieu de naissance et les déménagements. Le 1er janvier 1937, le Comité central du PCUS et le Conseil des commissaires du peuple appellent la population à prendre au sérieux le recensement qui, “dans le langage des chiffres, doit témoigner de la victoire du socialisme”. La mission n’étant pas facile – trouver quelque part jusqu’à dix millions de personnes mortes à cause du génocide et ne pas déshonorer le camarade Staline – ils ont même fait le tour de la population au préalable.

Mais pour une raison ou une autre, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Le 6 janvier 1937, le recensement s’est déroulé en un jour, contrairement à ce qui a été planifié. Le 10 janvier, l’un des responsables du recensement a reçu une note : “Les résultats du recensement de la RSS d’Ukraine, à en juger par les données préliminaires, rendent ce matériel absolument secret”. En effet, le camarade Staline ne pouvait admettre l’échec de la célébration de la prospérité de l’État soviétique malgré la pénurie touchant plusieurs millions de personnes. Et si la fête ne devait pas avoir lieu, il fallait punir quelqu’un pour cela. Et c’est ce qui s’est passé : les principaux responsables de la “gaieté”” de Staline ont été les organisateurs du recensement eux-mêmes, qui ont été immédiatement réprimés. Et en 1939, un nouveau recensement a été planifié, qui est devenu un véritable accessoire pour cacher la vérité.

Le fait que les statistiques de mortalité aient été délibérément falsifiées par les autorités soviétiques n’est guère choquant. Le système qui a réduit au silence des millions de personnes ne pouvait même pas permettre l’idée que le monde puisse un jour connaître les ossements qui se trouvent sous les routes de la révolution prolétarienne.

C’est précisément à cause de ces “jeux et amusements” dans le cas de l’Holodomor que des divers chercheurs et des institutions de recherche, étudiant diverses sources et documents d’archives, donnent leur propre nombre de victimes. En outre, l’absence ou la non-disponibilité d’estimations officielles laisse place à la manipulation. Cela permet à certains historiens de ne pas reconnaître le fait de l’Holodomor-Génocide. Et, par exemple, la Russie, en tant que “successeur de l’URSS”, s’efforce de promouvoir la sous-estimation du nombre de victimes et, de manière générale, de remettre en question l’Holodomor en tant que politique délibérée du gouvernement soviétique.

Les statistiques ont toujours deux facettes. D’une part, elles transforment souvent les drames humains en une erreur sur le papier. D’autre part, elles permettent de suivre les tendances et de comprendre les phénomènes plus en profondeur, ainsi que de “reculer” dans la focalisation et d’observer ces phénomènes dans leur intégralité. Elles permettent également d’éviter les manipulations politiques et les suppositions dues à l’absence de preuves directes. Les récits de témoins oculaires, ainsi que les documents d’archives qui ne pouvaient être détruits, ont servi de base à la reconnaissance de l’Holodomor en tant que génocide. Ils ont été appuyés par des documents provenant des archives déclassifiées du service de sécurité ukrainien, qui sont aujourd’hui accessibles à tous. Ils prouvent que le gouvernement soviétique a délibérément détruit la nation ukrainienne. Chaque témoignage est un drame racontant la survie de personnes et de villages entiers, leur renaissance et leur continuité dans de nouvelles générations et de nouveaux efforts.

Cependant, l’histoire du génocide de la nation ukrainienne présente encore de nombreuses lacunes. L’une des plus importantes est la possibilité non seulement d’entendre parler des crimes du gouvernement soviétique, mais aussi d’en décrire clairement l’ampleur de ces crimes sur la base de statistiques. En particulier, grâce à tous les documents qui ont été sortis d’Ukraine et qui sont conservés aujourd’hui dans les archives du Kremlin. Le nombre précis de décès représente souvent le point de vue objectif qui fait souvent défaut pour une compréhension complète et une articulation claire d’un traumatisme historique d’une telle ampleur.

supporté par

Le dossier est préparé par

Auteure:

Yaroslava Bukhta

Valeria Didenko

Rédacteur:

Bogdan Logvynenko

Correcteur d'épreuves:

Olena Logvynenko

Rédactrice:

Yevheniia Sapozhnykova

Spécialiste:

Yulia Kotsour

Larysa Artemenko

Spécialiste:

Mykhailo Kostiv

Opérateur caméra:

Pavlo Pachko

Oleg Sologub

Productrice:

Karina Piliugina

Réalisateur:

Mykola Nosok

Monteuse:

Yulia Rublevska

Graphiste:

Serhij Rodionov

Graphiste:

Lyudmyla Kutcher

Scénariste:

Yaroslava Bukhta

Annonceur:

Vadim Leus

Éditeur photo:

Katya Akvarelna

Éditeur de traduction:

Mykyta Sobko

Traductrice:

Khrystyna Gabuzian

Coordinator de la traduction:

Olga Gavrylyuk

Ukrainer est soutenu par

Devenir partenaire

Suivez l'expédition